L'histoire des camisards,
une création des élèves
CM1 et CM2
Enlish version print version

Un beau jour d'avril, un jeune couple et ses deux enfants! Mathilde 8 ans et Arthur 10 ans arrivèrent à Saint-Germain pour s'installer dans une très vielle maison qu'ils avaient retapée.
Impatients de découvrir leur nouvelle demeure, les enfants grimpèrent au grenier. Caché derrière un vieux fauteuil, Arthur découvrit un petit coffre qu'il apporta à sa soeur. Cette dernière l'ouvrit et découvrit une minuscule table, une loupe et un livre qu'elle se mit à feuilleter. Elle découvrit une signature "Mazel" à la fin de cet ouvrage et s'écria: Mais c'est notre nom de famille, c'est peut-être un de nos ancêtres qui sait... Le livre était vieux, abîmé mais encore bien lisible. Les enfants le prirent et allèrent le montrer à leur grand-père qui habitait dans le village.

Oh! dit-il. C'est un livre très intéressant qui raconte la guerre des camisards et les mémoires de Mazel, voulez-vous que je vous le lise et que je vous explique l'histoire?

* Oh oui, avec plaisir mais au fait, c'est quoi la guerre des camisards?

- C'est une guerre qui a commencé en 1702 et fini en 1705. Elle opposait les protestants de notre région et les soldats du roi.

Dès 1684 deux hommes: François Vivent et Claude Brousson avaient voulu résister et avaient été tués ce qui donna l'idée à Abraham Mazel de relancer la lutte en allant délivrer quatre protestants emprisonnés chez l'abbé du Chayla.

* Et tu sais toi exactement qui était cet Abraham demanda Mathilde?

- D'après les recherches que j'ai pu faire il est certain que c'est l'un de nos ancêtres.

* Mais Papy c'est quoi les protestants rétorqua Arthur?

- Ce sont de gens qui croient en Dieu mais pas de la même manière que les catholiques. En 1598 le roi Henri IV leur donna la liberté de prier mais le roi Louis XIV influencé par Madame de Maintenon retira ce droit ce qui entraîna la guerre. Mais continuons avec l'affaire du Pont de Montvert. Abraham et quelques uns de ses amis brûlèrent la maison de l'abbé, tuèrent ses occupants et délivrèrent les leurs. Cet épisode fut le signal de la lutte armée. Vous voyez, il nous dit: "quelques années plus tard non loin de Barre, je fus surpris avec mes hommes par le capitaine Poul, je perdis 12 de mes compagnons dont le vaillant Gédéon Laporte". Leurs têtes furent exposées sur le pont d'Anduze. Après cet épisode, nous entendrons moins parler de Mazel, c'est jean Cavalier qui va intervenir.

* Qui était Jean Cavalier?

- Jean Cavalier était un jeune boulanger amoureux d'Isabeau qui voulait venger Gédéon. Le nouveau camisard n'hésita pas à utiliser des ruses pour venir à bout des papistes. Au coeur de la nuit, alors que les huguenots s'apprêtaient à fêter Noël près de Montèze, les dragons arrivèrent. Un terrible combat eut lieu et notre jeune Cavalier remporte sa première bataille.

Le grand-père tournait les pages et racontait.

* Grand-père tu as parlé des huguenots et des papistes, explique-nous.

- Les huguenots ce sont les protestants, on les appelle encore ainsi de nos jours et les papiste étaient les défenseurs de la religion catholique.

* La guerre s'acheva avec la victoire de Jean Cavalier?

- Pas du tout, il devint chef de troupe et alla rendre visite à un autre chef Pierre Laporte dit Roland qui lui en présenta deux de plus: Jouany et Castanet. Ils se répartirent alors le territoire.

* Et le roi, que disait-il de tout ça?

- Le roi s'inquiète et fait publier un avis de recherche qui précise que celui qui dit où se trouve Roland aura une récompense de 100 pistoles.

Les combats éclatent de toutes parts. Près de Lussan, Cavalier utilise un laisser passer qu'il trouve sur un officier du roi tué par les protestants et ainsi entre dans le château de Servas occupé par les papistes et le fait exploser.

* Qui sont les personnages dont tu viens de parler?

- Souvenez-vous, Poul est le capitaine qui dirigeait une armée catholique, c'est celui qui a assassiné Gédéon Laporte lors du combat près de Barre. Quant à De Broglie, c'était le commandant de toutes les troupes du Languedoc.

Ravanel, un lieutenant de Cavalier décapita Poul pendant que ce dernier s'était rendu clandestinement à Nîmes pour aller récupérer de la poudre.

Apprenant la nouvelle, Cavalier fut ravi, lui qui voulait tant venger son ami Gédéon!

* Les catholiques devaient être tristes de tous ces échecs?

- Vous avez entièrement raison. Ils étaient tellement mécontents q'ils réclamèrent le départ du commandant De Broglie. Il était jugé incapable puisqu'il n'arrivait pas à mater les protestants et l'on ne voulait plus de lui. Il fut rapidement remplacé par le maréchal De Montrevel. Les "dragonnades" contre les protestants vont alors redoubler de férocité.

* Mais les dragonnades, c'est quoi exactement? Ca a un rapport avec les dragons?

- Bien sûr, ce sont les soldats du roi Louis XIV qui persécutent les protestants, qui se livrent à toutes sortes d'excès pour essayer de les convertir au catholicisme. Là le chef camisard Roland va se trouver en péril près de Pompignan.

Durant cette attaque, Cavaliermalade à la grande déception de Roland n'était pas là, il éait remlacé par Catinat. Les catholiques avaient mont un plan qui consistait à attirer les camisards dans le village de Pompignan la catholique en poursuivant des dragons isolés. Le village était désert en apparence. Les protestants entreprirent alors de prendre d'assuat les maisons et Catinat incendia même l'église. Portes et fenêtres s'ouvrirent, des dragons embusqués et des miquelots, mercenaires pyrénéens surgirent de toutes parts.

- Mercenaire est un mot compliqué qui veut dire: soldat payé pour se battre pour quelqu'un.

Catinat et Roland réussirent à s'enfuir mais perdirent beaucoup d'hommes. Quelle défaite pour les huguenots!

Rescapé de cette terrible bataille, Catinat àbout de forces se rendit à Cardet voir Cavalier qui était allité, délirant. Il se voyait à Versailles chez le roi à la tête de sa meilleure armée et Suzanne, la femme qui l'hébergeait, duchesse des Cévennes.

* C'est qui Suzanne, grand-Père?

- Suzanne était une protectrice des protestants qui apprit à Catinat effondré que les Anglais proposaient leur aide et qu'ils allaient d'ailleurs envoyer un agent secret.

Cet agent secret annoncé qui était d'ailleurs d'origine Cévenole arriva durant l'été 1703 et annonça à Roland que les Anglais et les Hollandaise coalisaeint contre Louis XIV et étaient prêts à aider les Cévenols, soutenus par la population mais qui sur le terrain commençaient à s'essouffler.

Un plan fut prévu et leur débarquement devait se faire à Sète. Ils arivèrent au large d'Aigues Mortes, mais craignant au piège des troupes royales, ils repartirent sans apporter une aide quelconque.

* Et alors, qu'ont fait les huguenots?

Et bien ils ont continué à lutter. Au mois de septembre, Jean et Roland surprirent près de Durfort de drôles de vendangeurs qui n'étaienten fait que le capitaine Grandval et ses hommes.

* Mais pourquoi étaient-ils déguisés?

Ils étaient déguisés pour ne pas se faire reconnaître, pour qu'on croit qu'ils étaient de vrais vendangeurs et au moment voulu ils voulaient tirer sur les huguenots, mais eux ayant compris le manège chargèrent leurs armes et tuèrent le capitaine.

Cette nouvelle victoire des protestants causa une nouvelle irritation.

* De la part de qui?

De la part de l'intendant De Basville qui pensait que Montrevel ne faisait pas ce qu'il devrait et qu'il ne pensait qu'à sa maîtresse.

Mais ce dernier fut malin et ne voulant pas perdre sa place, il redoubla de zèle, rasant les villages qui ravitaillent les rebelles, s'alliant avec l'Ermite Gabriel et avec ses compagnies de cadets de la croix qui terrorisaient et emprisonnaient. C'est ainsi que le pèr et le frère de Jean qui habitaient au Mas Roux vont être emprisonnés.

* Jean va aller les délivrer j'espère?

- Non ils ne pouvaient pas, il écrivit au maréchal de les relacher car ils étaient innocents. Ne recevant pas de réponse, en représailles il brûla et assaila de nombreux villages semant la terreur.

Une autre bataille aussi violente que les précédentes eut lieu au Moulin de Portal. Beaucoup de sang fut versé et une nouvelle fois les catholiques durent s'enfuir, ce qui n'affecta pas de Montrevel.

Peu de temps après, près de Langlade, vers Nages, Jean Cavalier et les siens furent surpris par les dragons. Il perdit plus d'âmes que dans toutes ses autres campagnes, mais réussit à s'enfuir.

A Euzet une femme dénonça les greniers, les dépôts de poudre et d'armes et les hôpitaux de Cavalier à l'officier De Lalande.

Beaucoup de camisards furent tués, ce fut le cas de Suzanne. Jean réussit à s'enfuir, mais ses troupes étaient décimées.

Malgré cette victoire des catholiques, Montrevel fut renvoyé et remplacé par le Maréchal De Villars qui voulait agir avec douceur avec Cavalier.

* Comment celà?

- Il négocia avec Cavalier. Ce dernier donna son accord pour rencontrer le Maréchal De Villars qui en échange promettait de libérer son père et son frère.

De là va naître un différent entre les deux amis Jean et Roland.

* Pourquoi?

- Jean était prêt à traiter avec l'ennemi pour exiger la liberté de culte, la réouverture des temples, la libération des emprisonnés. Il ne voulait plus compter sur le débarquement des Anglais. Il voulait conquérir par la ruse ce qu'il n'avait pas pu conquérir par les armes.

Roland n'était pas du tout du même avis, il ne voulait pas renoncer à la lutte.

* Comment vont-ils faire alors?

Jean va être reçu par l'intendant De Basville et le maréchal De Villars, puis par le Ministre de la guerre à Versaille, tandis que Roland va continuer la lutte avant d'être trahi et tué dans le parc du château de Castelnau de Valince le 14 août 1704, les armes à la main.

* Et jean Cavalier, que va-t-il devenir?

- Sur proposition du roi il décida d'aller à Brisach en Alsace mais craignant un piège et profitant d'une beuverie, il partit en Suisse, puis en Italie offrir ses services au duc de Savoie.

Le Piemont ayant été finalement conquis par l'armée de Louis XIV, ils s'enfuit et arriva finalement à La Haye où il s'engagea dans les armées coalisées qui affrontèrent Louis XIV.

* Que sont devenus les autres chefs camisards?

- Tout dabord finissons-en avec Cavalier.

En 1708, il a trouvé asile en Angleterre où il vécut 32 ans rédigeant ses mémoires.

Après la mort de Roland, Catinat disparut. Ravanel, Jouany et leurs hommes déposèrent les armes.

Mazel réfugié au désert refusait de capituler et disait que tout était miracle et que si les autres avaient cédé c'est que la révélation leur avait manquée. Il fallait donc "espérer et l'esprit soufflerait à nouveau".

Finalement on l'arrêta en 1705 et on l'enferma à Aigues Mortes.

Il va s'évader, s'exiler, puis en 1709, il gagne le Vivarais pour y relancer la lutte. Il sera dénoncé puis tué près d'Uzès en 1710.

* Mais alors, à quoi ont servi tous ces massacres?

- Ils ont servi à défendre une religion, une foi. Ces hommes ont lutté désespérément pour ce qu'ils avaient de plus cher au monde: la liberté, la liberté de leur foi, la liberté de leur famille, leur pays.

* Les protestants ont été victorieux alors?

- Les camisards non, car par la ruse et la négociation, le maréchal avait réussi à arrêter la guerre. Mais les protestants oui. Il a fallu tout de même attendre le règne de Louis XVI pour que soit accordé l'édit de tolérance.

Et je vous dirai même que plus tard, en 1789, la déclaration des droits de l'homme dira que nul ne peut être inquiété pour ses opinions religieuses. Mais maintenant il est tard, je crois que vous devrier rentrer et reprendre votre livre.

- Non, garde le livre Papy, place-le dans la bibliothèque. Nous, nous rentrons. Merci pour ta leçon d'histoire.

  • Réalisé par les élèves de CM1-CM2 de l'école publique de Saint-Germain-de-Calberte.
    • ABREU Carlos
    • BAÏ Solenne
    • BARRIOL Loïc
    • GONZALEZ Jérôme
    • HOURS Amarillys
    • HUC Robin
    • LAPORTE Daniel
    • PINARD-LEGRY Clara
    • RAZON Matthieu
    • SARRAAZIN Matthias
    • THEROND Pauline
    • VEDEL Axel
    avec l'aide de:
    • BELLION Laurence, aide éducatrice
    • DUMAZER Maxime E.M.A.L.A
    • GAILLAC Josette, institutrice de la classe de CM.



Pour imprimer
webmaster @ cevennes.com sommaire